Accueil / Evénements / Un site de recherche de taille internationale – juin 2008

Un site de recherche de taille internationale – juin 2008

La construction de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin est achevée à 75%.  Article des Echos Judiciaires Girondins du 03/06/2008

A Villenave d’Ornon, le site, qui ouvrira ses portes en janvier prochain, doit devenir un centre d’études et d’enseignement de référence. La Région a beaucoup investi pour cela. La récente visite de chantier effectuée par le président du Conseil régional d’Aquitaine et les représentants des partenaires scientifiques – INRA (1), universités de Bordeaux 1-2-3 et 4, ENITA (2), Bordeaux Ecole de Management – a permis de prendre la mesure du projet d’ISVV (3) en cours de construction à Villenave d’Ornon, chemin de Leysotte. L’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin est en effet « symbolique » pour Alain Rousset. Au-delà du fait que « c’est le plus gros chantier régional » en cours avec 10 000 m2 d’espace, dont 7 884 m2 dédiés à la recherche. Au-delà des sommes engagées : 20 millions d’euros pour le bâtiment, dont 14,2 millions assumés par la Région (qui est en charge de l’enseignement supérieur) ; il y a surtout un phénomène qui ne laisse pas Alain Rousset indifférent, estimant qu’« une grande partie de la recherche sur la vigne et le vin glisse sur Montpellier ».
Pour l’Aquitaine, qui représente 30% du vignoble AOC français et une valeur ajoutée de près de 2,5 milliards d’euros, il y a là « un enjeu extraordinaire, dit-il. Culture de la vigne, environnement, œnologie, il faut réunir ça. […] En 1998 (4), je voulais qu’à chaque grand secteur économique aquitain soit accolé un grand secteur de recherche universitaire de taille internationale. » Après le monde des technologies de pointes comme l’aéronautique ou le laser mégajoule, c’est donc au tour du monde du vin de bénéficier de l’attention du Conseil régional.

Valoriser la recherche
Sis au milieu des vignes et autres cultures expérimentales de l’INRA sur son domaine de la Grande Ferrade, l’ISVV se présente sous la forme d’un ensemble de cubes interconnectés, moderne mais sobre et fonctionnel. Amphithéâtre, salles de cours, salle de dégustation, bureaux et laboratoires se répartissent sur quatre niveaux. De nombreux espaces ouverts doivent favoriser la rencontre et l’échange entre les différents utilisateurs du lieu.
Car l’ISVV se veut d’abord un carrefour, un pôle d’études pluridisciplinaire. L’INRA, l’ENITA, Bordeaux Ecole de Management et les quatre branches universitaires de Bordeaux y participent et y proposeront des formations. Six axes prioritaires de recherche vont être développés.

Près de 400 étudiants sur le site
D’abord, améliorer la qualité du vin et des raisins en développant la connaissance de l’écophysiologie et de la génétique de la vigne et de la chimie des arômes. Puis étudier les effets des polyphénols, sur la santé humaine en particulier. Ensuite, optimiser les procédés de culture pour assurer une viticulture durable, par l’usage raisonné de produits phytosanitaires ou les méthodes biologiques. Quatrième axe, mieux protéger l’environnement (traitement des effluents…). Les sciences humaines ne sont pas oubliées. Cela passe par de la recherche sur une plus grande efficacité économique de la filière vitivinicole (commerce, stratégies des entreprises…) mais aussi par le développement des dimensions juridiques ou culturelles (statut du produit, protection du consommateur, droit de la concurrence…). Plus de 80 professeurs et maîtres de conférence vont être rassemblés à l’ISVV pour former près de 400 étudiants en licence et master. Les premiers devraient inaugurer les locaux en janvier 2009.
Alain Rousset souligne que ce sera « le premier exemple de construction de l’Université de Bordeaux », ce label réunissant les quatre facultés sous un nom commun, permettant une plus grande visibilité au niveau international. C’est d’ailleurs un objectif revendiqué par le président de la Région. « L’ISVV, c’est une image de marque pour le vignoble dans son ensemble. » Il voit déjà plus loin et insiste sur l’une des trois raisons d’être de cet institut, avec l’enseignement et la recherche : la valorisation et les transferts de technologie car les partenariats avec la filière professionnelle sont pour lui essentiels.Denis Dubourdieu, professeur d’œnologie et vigneron, à l’origine du projet, résume bien la situation : « il faut qu’on prenne tous conscience de notre obligation de résultat. Il faut que vous coupiez le ruban d’un institut qui ait un potentiel de recherche et de rayonnement. » Alain Rousset ne demande pas mieux.

Vincent TRIDON pour Les Echos Judiciaires Girondins

1- INRA : Institut national de recherche agronomique.
2- ENITA : Ecole nationale des ingénieurs des travaux agricoles.
3- ISVV : Institut des sciences de la vigne et du vin. Voir le site internet : http://www.isvv.fr
4- Alain Rousset est arrivé à la tête du Conseil régional en 1998. Il a été réélu en 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *