Accueil / Portraits d’acteurs / Portrait d’acteur : Olivier Bernard

Portrait d’acteur : Olivier Bernard

Olivier Bernard – Gérant Domaine de Chevalier – Président Union des Grands Crus de Bordeaux
Photos Jean-Bernard Nadeau – Réalisation Arnaud Fleuri – English Version  by Maxine Colas

Olivier Bernard

Olivier BernardOlivier Bernard

Je suis né à Bordeaux il y a 53 ans. Ma famille,  du côté paternel, est originaire du Nord où elle produisait sucre et alcool depuis le 17ème Siècle. Grièvement blessé durant la guerre de 14, mon grand-père, Lucien Bernard, découvrit Bordeaux au cours de sa convalescence. Il y fit la connaissance de sa future femme et y créa plus tard sa propre société d’alcools.

Par ma mère, Liliane Cruse, je suis issu du monde du vin bordelais.
Je suis entré très tôt dans la vie active, ouvrant ma première cave à vin à 18 ans. Je me suis marié en 1984 avec Anne Laydeker avec qui j’ai eu 2 enfants. Un an auparavant en 1983 mon père Jean et ses frères rachetaient le Domaine de Chevalier et me proposaient d’en devenir le gérant.

J’ai effectué mes 5 premières années à la tête du Domaine de Chevalier sous l’égide de Claude Ricard, « viticulteur encyclopédique » et ancien propriétaire de Chevalier : Une grande rencontre avec celui qui m’a formé au vin en général et au Domaine de Chevalier en particulier, comme mon père m’a formé au Management et au monde des affaires.

Ce fut le début d’une grande aventure, celui d’une vie professionnelle dans laquelle je me suis totalement investi.

J’ai beaucoup de projets que j’essaye de développer de front avec mes nombreuses responsabilités comme celle de président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de Vice Chancelier de l’Académie du Vins de Bordeaux, de copropriétaire du Château Guiraud ou de directeur général du groupe familial Financière Bernard.

 

Olivier Bernard - Domaine de ChevalierLe Domaine de Chevalier
L’ancien domaine de « Chivaley » (« Chevalier » en Gascon) date du XVième siècle, c’était à la fois une demeure, une famille et une exploitation agricole.

Ce Domaine, j’y vis, je m’y suis impliqué de façon absolue, je lui ai donné ma vie, il me l’a bien rendu… Mais il est vrai qu’il n’y a pas chez moi, de réelle distinction entre vie professionnelle et vie privée ; cela s’avère parfois difficile pour mes proches… J’ai cependant le bonheur de travailler en famille, avec mon épouse à mes côtés ainsi que mes  deux fils: Adrien 29 ans, basé en Chine et Hugo 27 ans qui développe le Clos des Lunes.

En m’inscrivant dans la durée, j’ai pu modeler ses équipements techniques, restructurer totalement le vignoble, toujours avec le souci d’obtenir une meilleure qualité et le marché du vin nous en a progressivement récompensé.

L’outil de production et le vin du domaine s’améliorent toujours d’année en année. Je sais que le plus beau vin de ma vie est celui que je ferai demain. Aujourd’hui le Domaine de Chevalier est passé de 18ha en 1983 à 45 ha.

La Société Civile du Domaine de Chevalier gère et exploite 4 vignobles : le Domaine de Chevalier mais aussi le Domaine de la Solitude à Martillac (en fermage depuis 1993), le Château Lespault-Martillac depuis 2009 (en fermage) et le Clos des Lunes à Sauternes (créé en 2011), où nous produisons un vin blanc sec rencontrant un grand succès.

Au totale la Société Civile du Domaine de Chevalier atteindra avant 2020 les 200 ha de production de haute qualité.

 

 

Le Millésime 2013
Un millésime inégal comme 2011 et 2012. Inégal en terme météo, en terme de terroir, en terme de choix de dates de récoltes, inégal même au sein des parcelles d’une même propriété. A ce jeu là bien sur certains s’en sortent mieux que d’autres, grâce à leur travail, à leur talent et à la chance (il en fallait cette année face à l’aléa climatique).
C’est donc un millésime d’opportunité et le négoce semble l’avoir bien compris.
Le millésime a été tellement critiqué à sa naissance que les dégustateurs sont tous heureusement surpris par les vins. Le savoir faire bordelais dans les grands crus permet aujourd’hui de ne pas faire de mauvais vin les années difficiles. En l’absence cette année d’importants journalistes comme l’influent Robert Parker, il y a un énorme de travail de conseil à faire de la part des journalistes et des négociants pour sélectionner et conseiller. Ces vins seront à des prix très intéressants pour les vrais amateurs des grands Bordeaux, des prix de consommation, pas des prix de spéculation.

Chai Olivier Bernard

 

Making Of

 

English Version


Visualiser ou imprimer le reportage en PDF


Site Internet Domaine de Chevalier

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *