Accueil / Evénements / Palmarès Tribune Wine’s Forum 2019

Palmarès Tribune Wine’s Forum 2019

Le journal La Tribune organisait mardi 16 octobre la 6ème édition de son Wine’s Forum, l’occasion de récompenser des acteurs innovants de la filière Vin.

 

Les lauréats sont les Vignobles Ducourt, Talent de l’année, la Maison de Cognac Camus, D Innovation, Vegetal Signals, Château Guibeau et Château Guibot la Fourvieille.

 

Vignobles Ducourt élu Talent de lannée
Les Vignobles Ducourt expérimentent une vingtaine d’hectares de cépages résistants depuis 2014, sur les 450 hectares de vignes qu’ils ont en production.  « La 3e année, nous avons baissé le nombre de traitement de 80 %. Et nous ne procédons plus qu’à des traitements au cuivre et souffre. Il y a eu deux traitements en 3e année et aucune maladie. Cette année, un seul. »

 

Maison de cognac Camus, prix commerce et distribution
Sa stratégie en Asie : favoriser l’e-commerce en BtoB pour gagner en nombre de détaillants et limiter les intermédiaires. Elle a notamment racheté une société d’e-commerce, Fancy Cellar, créée en Chine par deux Français. L’essentiel du trafic s’y effectue sur WeChat. « En Chine, l’e-commerce est intégré aux réseaux sociaux, précise Cyril Camus. Il n’y a pas de barrière entre le monde réel et le numérique. Pour le consommateur, la fluidité est bien meilleure : depuis l’information sur la marque, le désir d’achat, l’achat lui-même et le paiement, jusqu’à la livraison dans un point de vente ou chez soi.

 

 D-Innovation, prix Equipementier
Trois jeunes ingénieurs se sont associés en 2017 pour créer D-Innovation, société basée à Beychac-et-Caillau en Gironde qui développe des inventions, brevetées, pour améliorer les pratiques au chai. Ils ont mis au point un premier robinet de dégustation, Heclipse, qui ne se bouche pas pendant les périodes de vinification et ils préparent également un autre produit pour la barrique, une jauge de niveau.

 

Vegetal Signals, prix Jeune Talent
Derrière Vegetal Signals, un chercheur en neurosciences qui travaillait sur le sommeil humain, Fabian Le Bourdiec. « J’ai éveillé l’intérêt d’un industriel et commencé à travailler sur le stress hydrique sur la tomate. Résultat : nous étions capables de distinguer une plante qui avait soif d’une plante qui n’avait pas soif, concrètement, le signal de soif déclenche le robinet« , explique Fabian Le Bourdiec. Le travail sur le stress hydrique de la vigne a alors été lancé. « L’intérêt, c’est d’avoir un signal pris à l’intérieur de la plante et que potentiellement nous pouvons lire tout un tas de phénomène : maladie, soif, faim… »

 

Châteaux Guibeau et Guibot la Fourvieille, prix spécial du jury 
Ces deux domaines, qui n’en forment plus qu’un sont des pionniers de la culture Bio en Gironde, puisqu’ils ont basculé dans ce mode de production dès 2009. « Nous vivons au milieu les vignes avec trois enfants, nous avons donc fait le choix de stopper les produits chimiques« , explique Brigitte Destouet. « En théorie, il faut compter 3 ans de conversion mais je pense, pour ma part, qu’il en faut 5, voire 10 le temps que le vignoble s’adapte. Au début, il souffre. Les rendements ont baissé, , il y a eu les événements climatiques : gel, grêle…  Mais le plus dur, c’est le stress humain. Dès qu’il pleut, la vigne n’est plus protégée. »

 

 

Lire l’article complet de Mikaël Lozano

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *