Accueil / Reportages / Cordouan, cap sur l’Unesco

Cordouan, cap sur l’Unesco

C’est la dernière ligne droite pour l’inscription du phare au Patrimoine Mondial. Un succès aurait un impact positif pour le tourisme de la région, en particulier pour le tourisme fluvial. Reportage photo JB Nadeau.

 

En 2002, l’association des phares de Cordouan et de Grave a initié les démarches afin d’inscrire le phare de Cordouan sur la liste indicative nationale des biens du Patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2016, l’Etat, en lien avec les collectivités et associations partenaires a lancé officiellement une candidature qui représentera la France au prochain Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’ambition est de partager la valeur symbolique, historique, architecturale et technique de ce « monument-phare », tout en le préservant. Réponse début juillet…

 

Deux acteurs pour un phare

L’Etat, propriétaire, veille au bon fonctionnement du phare et assure la conservation et la pérennité du monument.
Le SMIDDEST, Syndicat Mixte pour le développement durable de l’Estuaire de la Gironde, gestionnaire du phare depuis 2010, assure le gardiennage du monument, l’accueil des visiteurs, met en place le plan de gestion et de valorisation du site. La Région Nouvelle‐Aquitaine et les Départements de la Charente‐Maritime et de la Gironde, apportent leur contribution financière à la gestion quotidienne du monument et au programme de travaux.

 

La déclaration au patrimoine Mondial

Le Patrimoine mondial est une liste de biens culturels, naturels ou mixtes qui présentent une Valeur Universelle Exceptionnelle pour l’héritage commun de tous les peuples de l’humanité.
Cette liste élaborée par l’UNESCO est actualisée chaque année, elle compte 1121 biens inscrits dans le monde (45 biens français), dont 869 biens culturels.
Chaque bien justifie d’une « Valeur Universelle Exceptionnelle », une importance culturelle exceptionnelle qui transcende les frontières nationales et présente un caractère inestimable pour les générations actuelles et futures. Pour justifier de cette Valeur Universelle Exceptionnelle en tant que bien culturel, le dossier du phare de Cordouan s’appuie sur 2 des 10 critères de sélections fixés par l’UNESCO.

 

 

Une valeur universelle exceptionnelle selon 2 critères reconnus

 

 

 

Les gardiens, ici Benoît Jenouvrier, prennent soin de cet édifice.

Chiffres clés

Seul phare en mer habité et ouvert au public au monde
4 gardiens par équipe de deux.
7 mois d’ouverture aux visites (avril – octobre)
24 000 visiteurs par an
67,50 mètres de haut
ampoule de 250 watts de puissance
Lumière de 19 miles de portée.

 

Dates clés

– Mai 2020 : l’ICOMOS transmet son rapport d’évaluation au Comité du patrimoine mondial.
– 29 juin -au 9 juillet 2020 : Comité annuel du patrimoine mondial
Décision de l’inscription ou non de Cordouan sur la Liste du Patrimoine mondial de l’humanité à l’UNESCO.

 

Plus d’infos

 

Soutenez la candidature du Phare de Cordouan

 

(c) JB Nadeau

3 réponses à “Cordouan, cap sur l’Unesco”

  1. Balan christine dit :

    Oui pour le roi des phares !

  2. Castets dit :

    Magnifique ! Suis à fond avec vous. Et bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *