Accueil / Reportages / Château d’Agassac, Cru Bourgeois Exceptionnel du Médoc

Château d’Agassac, Cru Bourgeois Exceptionnel du Médoc

Forcément, on éprouve une vraie curiosité à connaître les ingrédients du succès des vins d’Agassac qui se sont vu décerner, en février dernier, la plus haute distinction du Classement des Crus Bourgeois du Médoc.
Texte Frédérique Nguyen Huu , Images SpiritProd33.

 

Vue aérienne Château d’AGASSAC

 

Pour accéder au rang de crus exceptionnels que faut-il ? « Il n’y a pas de recette miracle. Notre réussite, c’est la combinaison d’un ensemble d’éléments et en premier lieu, la récompense d’un travail d’équipe mis en œuvre sur le long terme », affirme d’emblée, Jean-Luc Zell, régisseur et general manager du Château d’Agassac.

 

 

Une identité

Agassac, c’est un vignoble créé entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle par la famille de Pommiers. Son terroir se déploie sur deux terrasses emblématiques. Dix-sept hectares du domaine sont implantés sur la terrasse 4 et les 28 autres hectares sur la terrasse 5, moins argileuse et plus gravelo-sableuse. C’est l’ensemble formé par ces deux terrasses de graves qui confère aux vins du château leur typicité, plus axée sur la précision que sur la puissance. Expression de l’identité de leur terroir, ils présentent millésime après millésime une même patte qui fait leur singularité.

 

Une redécouverte

Le classement du Château d’Agassac découle également du travail accompli par toute une équipe depuis la reprise du domaine par Groupama en 1996. « Pierre à pierre et pas à pas, nous avons eu la chance de pouvoir tout reprendre de A à Z. » Il a fallu remettre le terroir en culture pour lui permettre de produire à nouveau des grands raisins et des grands vins, identiques à ceux façonnés sur ces mêmes terres au début du XXe. Ne disposant pas d’archives, le travail s’est fait en achetant des vieux vins dans les enchères pour comprendre le fonctionnement particulier de ce terroir. En parallèle, la propriété a été restaurée en commençant par les vignes puis le cuvier, les chais et enfin le château.

 

Un patrimoine unique

Château d’Agassac, c’est aussi un patrimoine exceptionnel : un château du XIIIe, un chai et un pigeonnier classés. Une fois ce patrimoine restauré, le domaine s’est ouvert au public, un secteur d’activités dans lequel il a été précurseur et qui lui a valu de remporter les Best of Wine de l’œnotourisme à 5 reprises. Aujourd’hui, la propriété qui possède aussi un restaurant, La Table d’Agassac, reçoit chaque année près de 20 000 visiteurs pour des visites, des séminaires ou des évènements.

 

Une biodiversité

« Nous travaillons en vrais paysans », explique aussi Jean-Luc Zell. Sur ce domaine de 90 hectares, on compte « seulement » 45 ha de vignes. Le reste se répartit entre 30 ha de céréales et 15 ha de parc. « C’est ce qui nous permet de garder les pieds sur terre » poursuit-il. Forêt, marais et vignes, Agassac possède tous les biotopes médocains qui interagissent pour former son terroir. Nombre de ses parcelles étant proche d’habitations, au moins 60% d’entre elles sont traitées en bio et toutes font l’objet d’un contrôle rigoureux, le domaine étant par ailleurs classé ISO 14001, HVE et engagé dans une démarche RSE.

 

Château d’Agassac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *