Accueil / Portraits d’acteurs / Portrait d’acteur : Pascal Fricard

Portrait d’acteur : Pascal Fricard

 

Pascal Fricard, Directeur général, Château Tour Saint-Fort, Cru Bourgeois, Saint-Estèphe.
Photos Jean-Bernard Nadeau – Réalisation vidéo Arnaud Fleuri – Interview Frédérique Nguyen Huu.

 

Entre ciel et vignes

Lorsqu’il revient sur ses choix de jeunesse, Pascal Fricard évoque une double ascendance familiale. Du côté maternel, une famille du Cognac liée à la Maison Hennessy et du côté paternel, l’Armée de l’air et des pilotes de chasse. Par une inclinaison toute naturelle pour un jeune homme, c’est vers l’aviation qu’il envisage d’abord de se tourner avant d’être amené à revoir sa copie.

 

Ce sera donc œnologie. Un plan B qui n’en n’est pas un puisque, très vite, il découvre un monde fascinant qui rejoint ses appétences et pour lequel il se passionne. Après une première expérience chez Hennessy, désireux d’intégrer rapidement le monde du travail, il obtient un BTSA au Lycée de Montagne-Saint-Emilion et rejoint les équipes commerciales de différents producteurs. Pendant 20 ans, il travaille en France et à l’export, tout en restant « toujours en lien avec la production ». Impossible pour lui d’envisager de vendre, sans connaître les savoir-faire et les terroirs dont sont issus les vins.

 

Nouveau départ

En 2010, Pascal Fricard décide de se réorienter. Pour cela il retourne à l’école, et plus précisément à l’ENITA (Bordeaux Sciences Agro) où il obtient un master en gestion viticole. C’est l’occasion de remettre ses connaissances à jour puisqu’en deux décennies les gestes, méthodes et connaissances en vinification et en œnologie ont beaucoup évolué.

 

En 2012, il entame une nouvelle carrière à la tête de Château Leroy-Beauval, une propriété de Saint-Sulpice-et-Cameyrac. Il y reste cinq ans avant de prendre la direction de la Tour Saint-Fort et de Château Grand Ormeau à Lalande-de-Pomerol, deux structures qui viennent alors d’être rachetées par la même famille

 

Tour Saint-Fort, la renaissance d’un terroir

Depuis le milieu du XVIII ème, sur les terres qui composent désormais Saint-Fort, les propriétaires se succèdent. Sous les noms de Maison Cazeaux puis Château Pineau, certains font vivre ce terroir en façonnant des vins recherchés, exportés et primés. Tombé en désuétude sous les effets de la crise de 29 et de la guerre, le domaine devra attendre le début des années 90 pour reprendre vie.

 

A l’échelle de Bordeaux, Château Tour Saint-Fort est tout jeune. « C’est un bébé, » souligne son directeur revenant sur l’histoire de ce vignoble, recréée par Jean-Louis Laffort qui rend, en 1992, son âme à cet ancien domaine viticole devenu propriété agricole. C’est lui qui replante les vignes et réunit les anciens bâtiments agricoles en un ensemble rectangulaire baptisé Tour Saint-Fort. Aussi, les alignements qui entourent désormais cette propriété entièrement restaurée ne sont-ils aujourd’hui pas encore trentenaires. Un âge qui peut sembler « anecdotique » au regard de l’histoire du Bordelais, mais qui est commun à de nombreux autres domaines au destin également mouvementé fait d’une succession de familles, faillites et résurrections.

 

Un Saint-Estèphe autrement

2016 marque l’arrivée du dernier et actuel propriétaire de Château Tour Saint-Fort qui le dote de quatre tourelles et implante un cuvier circulaire au cœur du carré qu’elles dessinent. Pascal Fricard se voit confier la direction du domaine un an plus tard. Création d’une structure, d’une marque, d’une image, d’une notoriété et qualité des vins, « tout est à faire » pour élever le château au rang de son terroir et lui permettre de donner des vins en phase avec les attentes des consommateurs.

 

L’objectif ? Faire de la Tour Saint-Fort une belle propriété et permettre à son terroir d’exprimer la spécificité géologique de ce vignoble, atypique au sein de l’appellation par son implantation sur du calcaire. Chais à barrique et cuvier neufs, espaces réceptifs haut-de-gamme et remise en état des vignes, tout est mis en œuvre pour permettre au domaine de retrouver son lustre.

 

Situées sur la partie ouest de l’appellation, plus à l’écart de la Gironde, l’ambition pour les parcelles de Saint-Fort n’est pas d’essayer d’égaler un Haut-Marbuzet ou un Calon Ségur. Ce que souhaite Pascal Fricard, c’est faire parler le terroir en travaillant le vignoble pour qu’il livre « un raisin de qualité de manière régulière » et façonner des vins pour « ravir le plus grand nombre en proposant une autre vision de Saint-Estèphe, portée par des vins offrant un excellent rapport prix-plaisir ».

 

Viticulture, une démarche raisonnée

Le Château s’inscrit dans une démarche environnementale en phase avec la philosophie de son directeur, comme avec le nouveau cahier des charges des crus Bourgeois qui exige le label Haute Valeur Environnementale (HVE 3). La propriété dispose déjà d’une reconnaissance pour son Agriculture Respectueuse de l’Environnement en Nouvelle-Aquitaine (AREA 2) et ses équipes travaillent sur la biodiversité pour passer à l’échelon supérieur. Trop complexe au regard du terroir, prématuré d’un point de vue économique, le label bio n’est pas envisagé pour le moment.

 

« Mais dans les faits, nous approchons du bio puisque nous n’utilisons plus de CMR et adaptons nos traitements aux conditions climatiques, » constate celui pour qui « avoir une démarche environnementale ne passe pas forcément par une certification et qui plaide pour plus de mesure et de sérénité dans les débats rappelant qu’il est également absurde de refuser le progrès et qu’il y a du bon dans tous les modèles. »

 

Avec ses bâtiments entièrement rénovés et l’aménagement de cinq chambres d’hôte, Château Tour Saint-Fort dispose d’un bel outil œnotouristique que ses équipes aspirent à voir vivre de nouveau, autour d’instants de partage et de convivialité, portés par ses vins de plaisir ancrés dans leur monde et respectueux de leur environnement.

 

 

Making Of

 

En savoir plus sur  le Château Tour Saint-Fort

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *