Accueil / Dossiers / Environnement : étude comparative de l'impact environnemental des modes de bouchage

Environnement : étude comparative de l'impact environnemental des modes de bouchage

La récente étude de  PricewaterhouseCoopers donne un net avantage au liège

Cette étude du cycle de vie des bouchons de liège en comparaison aux bouchages plastique et aluminium a été commandée par Amorim .
Les conclusions sont nettement en faveur du liège pour la rétention de carbone, la préservation de la biodiversité et le combat contre la désertification.

L’étude révèle notamment que chaque bouchage plastique dégage 10 fois plus de gaz à effet de serre qu’un bouchon en liège et que les émissions de gaz à effet de serre d’une capsule en aluminium sont 25 fois plus élevées que celles du bouchon de liège.

La forêt de chêne-liège représente à elle seule un important puits de carbone, chiffré en 2006 à 4,8 millions de tonnes pour la seule forêt portugaise, pays important pour la production de liège dans le monde, d’où sont issus 54% des bouchons de liège vendus dans le monde. Si l’on fait l’hypothèse d’une réaffectation du carbone stocké par cet écosystème – qui, rappelons-le, est essentiellement viabilisé par l’industrie et les produits du liège – aux  produits qui en sont issus, la production de 1000 bouchons de liège permet d’accroître le stock de carbone de la forêt d’environ 115 kg.

Réalisée en 2007 selon la méthodologie des normes ISO 14040 et 14044, cette étude a fait l’objet d’une revue critique sollicitée par Amorim. Cette revue a porté sur la méthodologie utilisée et sur les filières liège et plastique ; concernant la filière aluminium, l’expert contacté n’a pas accepté de participer.

Pour plus d’information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *