Accueil / Dégustation / Concours Mondial de Bruxelles – du 23 au 25 avril 2010 à Palerme en Sicile

Concours Mondial de Bruxelles – du 23 au 25 avril 2010 à Palerme en Sicile

Dernière ligne droite avant l’ouverture du concours : interview de Jonathan Quique

Concours MondialAgence Fleurie : Alors Jonathan comment se présente l’édition 2010 ?

Jonathan Quique
: on flirte avec les 7000 échantillons, en particulier grâce aux trois ‘grands’ –France, Espagne et Italie– qui ont tous connu une progression de 9 à 22%. Quelques bonnes surprises comme le Chili qui progresse malgré l’actualité que tout le monde connaît. Preuve de plus de leur volonté de se relever au plus vite !
Raisons de ce succès? Peut-être un effet ‘millésime’ vu qu’on annonce ce 2009 historique ; sans doute une inscription plus facile grâce à notre nouveau site www.concoursmondial.com – près de la moitié des participants se sont inscrits online, ce qui signifie près de la moitié moins de dossiers papier, c’est la planète qui nous remercie !
À côté de ces réussites, il reste des pays sur lesquels nous voudrions progresser pour ‘coller’ au mieux à la production mondiale et donc rester représentatifs : USA, Australie ou Allemagne font partie de ces pays.
 
AF : Du côté des vins reçus, quel est leur profil et cela évolue comment ?

JQ : Si on s’intéresse à la répartition des échantillons par ‘type’, elle se présente comme suit :
59,4% rouges
22,8% blancs
7,1% pétillants
4,8% spiritueux
4,1% de rosé
1,8% liquoreux
 À l’échelle mondiale, la répartition des vins par couleur est de 52% en rouge, 39% en blanc et 9% en rosé (source Vinexpo / International Wine and Spirit Record). On n’en est en définitive pas très loin ! Rosés et spirits gardent une belle marge de progression. Les producteurs ne doivent en tous cas pas hésiter à les soumettre à un banc d’essai international, tout est mis en œuvre au Concours Mondial pour reconnaître les produits de qualité.
Côté millésimes, on s’aperçoit sans surprise que les trois dernières récoltes représentent les trois quarts des échantillons en lice.
2009 : 28,1%
2008 : 25,8%
2007 : 19,2%
2006 : 9,5%
2005 : 4,6%
2004 : 2,1%

AF : Au niveau logistique, tout se présente bien , l’événement doit devenir complexe à organiser …?

JQ : Toutes les bouteilles réceptionnées à Bruxelles seront bientôt acheminées vers Palerme dans deux semi-remorques climatisées. Les échantillons italiens sont déjà sur place, les français ont eux été collectés à Langon.
Pour la composition du jury, l’équation est simple : un jury de 6 dégustateurs peut déguster au maximum 50 vins par matinée (moins pour les commissions ‘spirits’ et liquoreux) ; on ne sera donc pas loin des 280 membres du jury. Pour rassembler tous ces experts à Palerme, nous gérons des plans de vol au départ de près de 40 pays!
Une équipe de 8 permanents gère le Concours toute l’année durant, renforcée par de nombreux intervenants à l’approche de l’évènement. Nous pouvons également compter sur une douzaine d’ « ambassadeurs » ; basés au cœur des vignobles, ils connaissent bien leur marché et sont souvent les mieux à même de répondre aux questions des producteurs. 
Au total, nous ne sommes pas loin de 200 personnes impliquées de près ou de loin dans l’évènement, de l’informaticien qui supervise le scan des fiches de dégustation jusqu’à l’étudiant sommelier qui débouche les bouteilles.
 
Côté dégustation, nous continuons à affiner le process développé en partenariat avec l’Institut de Statistiques de l’Université catholique de Louvain. Un des premiers enseignements de cette étude est à la fois encourageant et rassurant : le Concours Mondial de Bruxelles n’est pas une loterie ! Les calculs menés sur plusieurs dizaines de milliers de notes de dégustation montrent un réel consensus statistique sur la qualité ; un bon vin est un bon vin, un mauvais vin est un mauvais vin…
 
Nous continuerons à évaluer la précision, la cohérence et la répétabilité de nos dégustateurs et à mener un contrôle aval des vins médaillés. Ces analyses représentent  une charge de travail importante mais la crédibilité du Concours Mondial et de ses médailles est à ce prix !
 
Rappel sur le Concours Mondial des Vins

Créé en 1994, le Concours Mondial de Bruxelles s’est, en quelque sorte, érigé au rang de « championnats du monde » du vin et de la dégustation. Ensemble, les 6000 vins et spiritueux du monde entier en compétition représentent  plus de 500 millions de bouteilles commercialisées.

Composé uniquement de professionnels du vin, le jury du Concours Mondial de Bruxelles réunit la crème des experts internationaux . Près de 40 nationalités sont représentées au sein du panel de dégustation, une diversité qui contribue au caractère unique de l’évènement.

Au terme du Concours, seuls les vins et spiritueux ayant obtenu le plus haut classement peuvent prétendre aux prestigieuses Médailles…

La 16ème édition du Concours Mondial de Bruxelles s’est tenue à Valence (Espagne) du 25 au 27 avril derniers.    6289 vins et spiritueux provenant de
54 pays producteurs étaient en compétition. Un nouveau record, qui justifie plus que jamais l’appellation ‘Concours Mondial’!
250 dégustateurs professionnels -représentant, à eux tous, 41 nationalités- étaient sur le pied de guerre pour déguster ces crus du monde entier.

Le Palmarès 2009

Inscription

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *