Accueil / Marché / Bilan économique 2010 des Bordeaux et Bordeaux Supérieur

Bilan économique 2010 des Bordeaux et Bordeaux Supérieur

Bordeaux SupérieurDans un contexte de beaux millésimes successifs  (2008, 2009 et 2010) et de réorganisation de la profession (plan « Bordeaux demain » piloté par le CIVB), Bernard Farges a assuré que  les Bordeaux et Bordeaux Supérieur avaient des raisons de se montrer optimistes


« En dépit  d’un contexte économique difficile pour l’ensemble de la filière viticole, nos appellations occupent toujours une place de leader, constituant aujourd’hui 55 % des bordeaux consommés dans le monde, avec  des perspectives sur des marchés très prometteurs comme l’Asie. »
Bernard Farges, Président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur

Commercialisation France : le déséquilibre se résorbe
Les AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur commercialisent aujourd’hui ce qu’ils produisent, voire un peu plus : 2 642 000 hl de Bordeaux et Bordeaux Supérieur  ont été commercialisés lors de la campagne 2009/2010 (- 2 % ),  soit l’équivalent d’un peu plus d’une année de récolte (2 541 000  hl ont été récoltés en 2009).
La GMS reste le premier circuit de commercialisation des Bordeaux et Bordeaux Supérieur  (50 % des ventes) .
Les ventes de Bordeaux Rosé sont plus dynamiques que la moyenne des AOP (+ 5 %).

Export : progression des premières destinations
L’export (33 %)  affiche une progression de + 9 %, supérieure à l’ensemble des vins de Bordeaux.
Les exportations vers la Chine (14 % des exportations) et Hong Kong (3 %) progressent de façon spectaculaire (+ 50 %), ces 2 pays sont devenus les premiers clients en valeur  et la 2ème destination en volume : Bordeaux vendait 11 000 hl en 2005, et 190 000 hl en 2010 !

Le vrac : un marché à réguler
Le vrac correspond à 70 % des ventes des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur (80 % pour les bordeaux rouges et blancs et 50 % pour les bordeaux supérieur). «Depuis des mois, les cours dévissent sans explication rationnelle », regrette Bernard Farges. Les coûts de production y sont souvent supérieurs au coût de vente des vins. « La régulation du marché du vrac fait partie des mesures phares du plan de relance économique du CIVB pour remettre la filière sur pied… Plusieurs types d’actions parmi lesquels la signature d’un accord interprofessionnel sur le  renforcement du contrôle des opérateurs qui pratiquent des prix anormalement bas. En outre, un outil nouveau construit comme une centrale d’approvisionnement des vins en vrac (Mercure) est en cours de création pour mieux maîtriser les prix en limitant leur volatilité. »

Les droits de plantations : l’indispensable maintien
« Toutes les AOC françaises, espagnoles, italiennes, hongroises et portugaises luttent pour le maintien de cet outil de régulation. »
Rappelons que la France, sur la même longueur d’onde que l’Allemagne, s’oppose à la libéralisation de ces droits de plantation. Ce qu’a réaffirmé Nicolas Sarkozy lors de ses vœux au monde rural en Alsace mardi 18 janvier, en soulignant que « les libéraliser, c’est choisir le produit standardisé, sans terroir, au plus bas coût. Cette idée conduira à la catastrophe. » Cette prise de position tant attendue par la viticulture française n’est qu’une étape. Il faut à présent une mobilisation de l’Etat.
La CNAOC (Confédération Nationale des Appellations d’Origine Contrôlée) mène au nom de l’ensemble des AOC françaises ce combat, afin que la Commission Européenne infléchisse sa position et remette en place des outils de régulation de la production pour tous les vins.

Contact

Une réponse à “Bilan économique 2010 des Bordeaux et Bordeaux Supérieur”

  1. Liégeois Roger dit :

    j’ai deux réfexions à exprimer au sujet de cet article à vous tous et surtout à Bernard Farges et à son bras droit Catherine Alby.
    – une fois de plus on parle de la Chine et Bordeaux / Bordeaux Sup. met sa promo et son
    budget sur la Chine , en oubliant les Pays traditionnels consommateurs de Bordeaux ,
    comme la Belgique ,la Grand Bretagne ,les Pays Bas …
    – faisant partie comme Jury des Grands Concours de Vin ( O.I.V et autres ) rarement sont présentés des Bordeaux et des Bordeaux Sup.et quand c’est le cas c’est souvent les mêmes,
    une poignée de vignerons . Pourquoi tous les autres restent ils dans l’anonymat .
    C’est une des plus belle AOC , qui ne connaît pas Bordeaux , mais ne dormons pas sur nos
    lauriers . On se réjouis de découvrir les 2010 la 1ère semaine d’ Avril .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *